Des nouvelles de Colette

Dernières nouvelles

colette Colette a des activités sportives régulièrement; elle est venue à l'assemblée générale et son moral est toujours au beau fixe.

Historique de la maladie de Colette

Il y a une vingtaine d'années, j'étais agent de service dans un lycée et j'étais souvent à l'infirmerie, car j'avais l'impression que mes pieds se dérobaient sous moi et j'avais certaines difficultés de compréhension : lorsqu'on me parlait de plats ronds ou ovales, je ne voyais pas la différence.
Pendant un temps on a cru que j'avais une méningite ou une maladie neurologique donc artériographie, ponction lombaire, etc.…

C'est en 1981 que le Dr MINOIT du centre Hospitalier d'AGONNAY a diagnostiqué un Moya-Moya. J'ai essayé divers traitements : en SUISSE où l'on me disait que j'avais de l'eau dans le cerveau, j'ai eu par électrodes un traitement d'ionisation sur le front et de potassium derrière  la tête et des injections de sang de veau .

Ensuite j'étais vraiment "déphasée", je n'arrivais plus à composer un n° de téléphone, j'oubliais tout, je me servais mal de ma main droite, et avais du mal à coordonner mes pensées. Puis, j'ai re-subi une artériographie (la dernière puisque l'on m'a dit que cela était dangereux dans mon cas) j'ai arrêté de conduire pendant 8 ans.

Maintenant mon Moya-Moya n'a pas évolué en mal, il s'est plutôt produit une stabilisation de mon état de santé, j'ai toujours une gêne dans la main droite, mais qui ne m'empêche pas de reconduire et j'ai toujours une petite gêne de l'élocution logique des faits.

Néanmoins j'ai décidé d'en prendre mon parti et de m'en tirer le mieux possible, donc je reconduis en ville, je fais du yoga, de la gymnastique 4 à 5 heures par semaine, je peux faire jusqu'à 15 km de raquette à neige, de la montagne à 2700 m.

Bref, en plus d'un cancer du sein, je garde un moral d'acier et trouve la vie belle.

J'ai comme traitement de l'ISKEDIL FORT et un traitement pour la tension de manière à éviter l'obturation des artères touchées.

Je souhaite à tous une forme de Moya-Moya comme la mienne, c'est à dire sans aggravation subite et invalidante.

Dans l'attente de vos prochaines nouvelles, je vous adresse mes bien amicales salutations.